Pourquoi faire du latin ?

Cet enseignement facultatif est étalé sur trois ans, de la cinquième à la troisième, au rythme de 2 heures hebdomadaires en cinquième puis 3 heures en quatrième et troisième.

En sixième, les élèves découvrent un certain nombre de textes fondateurs, dont la plupart sont issus de l’antiquité gréco-romaine. Le choix de l’option se justifie ainsi par sa dimension culturelle : avoir accès à des œuvres qui ont contribué à la richesse de notre identité contemporaine. En effet, si l’on observe l’Europe aujourd’hui, la plupart des pays qui la composent ont bénéficié des apports de la civilisation romaine.

Le latin permet de mieux comprendre notre propre langue, le français, en sachant d’où viennent les mots. Cette langue permet d’améliorer son orthographe. Quand on sait quelle est la « racine » d’un mot, on risque moins de se tromper quand on l’écrit.

L’étude du latin donne plus de rigueur à l’esprit, ce qui est utile aussi bien pour les matières scientifiques (mathématiques, physique…) que littéraires (histoire-géographie, langues vivantes…). La connaissance de cette langue facilite l’apprentissage de bien des langues vivantes qui en sont issues (espagnol, allemand, etc.)

Le latin permet aussi d’éduquer à la citoyenneté, en apprenant aux élèves ce que notre démocratie doit à son ancêtre, la République instituée à Rome au IV-V° siècle avant notre ère, qui donna le droit de vote donc de s’exprimer à ses citoyens.


Que fait-on en latin au collège?

De la 5e à la 3e, nous étudions de façon progressive les bases de la langue latine tout en apprenant la civilisation et l’histoire romaine.
On lit des textes, on regarde des images et des extraits de films, on fait des exposés, on s’entraîne en salle informatique… Chaque année, un temps fort est organisé réunissant tous les latinistes lors d’une sortie ou d’une animation au collège.

Enfin, nous insistons sur le fait qu’hormis le bénéfice que chaque élève peut retirer de cette option, il faut être conscient qu’un travail régulier est indispensable tout au long de la scolarité. Cette matière est intégrée dans le bulletin.

Le latin est en outre pris en compte dans le contrôle continu pour l’obtention du DIPLOME NATIONAL DU BREVET. Il n’y a pas d’épreuve de latin. Comme c’est une option, seuls les points au-dessus de la moyenne sont comptabilisés dans le contrôle continu.

Afin de permettre aux élèves d’avoir un aperçu des domaines abordés et étudiés dans le cadre de cette option, les élèves de 6e assistent, lors de la semaine banalisée, à un « cours » d’initiation au latin. Il est ainsi plus facile de faire son choix.

  • Actualités récentes

  • Qu’est ce que l’apel ?

    L' APEL Comment ça marche ?

    «  Seul le rassemblement organisé des parents d’élèves au sein de l’institution scolaire leur

    permet une réflexion riche et pertinente au service des projets éducatifs »

    Projet du Mouvement des APEL

    L’ APEL représente 900 700 familles adhérentes sur le plan national.

    Les 6500 APEL d’établissement sont présentes dans 5000 écoles, 1600 collèges et 1100

    Au sein du Collège Saint Joseph, l’Apel est présente dans toutes les commissions et s’investit afin de continuer au mieux le projet d’Etablissement.

    L’Apel participe financièrement à l’amélioration des espaces de travail de nos enfants et de la Communauté Educative.

    L’Apel, c’est aussi le BDI Orientation. Cette équipe de bénévoles reçoit TOUS les élèves au cours de l’année afin de les accompagner dans la découverte et leur choix d’orientation.

    Contact :apel.stjobain35@orange.fr

  • Catégories

  • Le self

    Inauguré le 20 mars 2009, le restaurant scolaire d’une capacité de 450 couverts, sert quotidiennement, depuis septembre 2008, près de 950 repas préparés sur place en plus des 900 livrés sur 4 écoles primaires du secteur dont Ste Anne et le lycée St Yves. C’est ainsi que se mobilisent tous les midis 13 personnels de cuisine (3cuisiniers, 8 employés et 2 livreurs) pour relever ce challenge de proposer des menus prioritairement diététiques à la fois riches et variés puisque les élèves ont le choix entre plusieurs entrées, plats de résistance et desserts différents.

    Pas de restaurant scolaire, dans l’organisation des services (11h30, 12h30, 13h pour les options), sans l’implication majeure de la vie scolaire qui, de fait, s’articule, en surveillance et accompagnement, autour de ces 2 secteurs que sont le self et la cour : 4 éducateurs pour le self et 4 éducateurs sur la cour dont un mobilisé pour les activités ludiques d’intérieur pendant qu’un autre encadre des activités sportives où la cour se transforme en véritables arènes de St JO.

    Cette présence autour des 12 coups de midi vise au-delà de la surveillance à sensibiliser ces adolescents sur l’apport nutritionnel des aliments sur le corps et l’esprit (tous deux en pleine croissance) afin d’éviter le gaspillage ou jet de nourriture. En parallèle à cette présence au quotidien, une commission de restauration, ayant été ouverte l’année dernière à tous les acteurs de ce grand rv, a pour mission d’une part de mieux communiquer sur le respect des personnes, des denrées ainsi que des lieux et d’autre part de tenter d’en améliorer le quotidien.

    Enfin, ce restaurant est un lieu de dégustation, de conversation mais aussi d’animation et de communion. Lieu d’animation où sont proposés 5 menus festifs et à thème avant chaque vacance au cours desquels peuvent être projetés des vidéos sur les activités du collège sans oublier la semaine du gout en partenariat avec une école hôtelière.

    Mais aussi lieu de communion, enseignement catholique oblige, autour d’opérations humanitaires diverses entre autre l’opération annuelle bol de riz.

    En résumé à travers ce restaurant scolaire, ça serait d’approcher au plus près, d’un lieu de convivialité, de festivité mais également de citoyenneté et d’humanité où le jeune serait roi.